Quand doit-on récolter l’ail ?

Dans cet article, nous allons discuter de l’une des questions les plus posées par les jardiniers amateurs et professionnels : quand cueillir l’ail ? Cette plante aromatique fait partie intégrante de notre cuisine et est également appréciée pour ses nombreuses vertus médicinales. Afin d’en tirer le meilleur profit, il est essentiel de bien connaître son cycle de vie et de veiller à la cueillette au moment opportun.

Faire connaissance avec l’ail :

La culture de l’ail :

L’ail (Allium sativum) est une plante vivace qui appartient à la famille des Alliacées. Il se cultive en général sous forme d’annuelle et peut être planté en automne ou au printemps. On distingue deux variétés principales : l’ail d’automne, qui est semé en octobre-novembre, et l’ail de printemps qui est semé en février-mars. La première variété arrive à maturité plus rapidement que la seconde.

Besoins spécifiques de l’ail :

Pour obtenir de bons résultats dans la culture de l’ail, il est important de choisir un sol bien drainé, léger et riche en matière organique. L’ail aime les zones ensoleillées et préfère les climats tempérés. Un apport régulier d’eau est nécessaire surtout au début de la croissance et lors de la formation des bulbes. Cependant, attention à l’excès d’eau qui peut favoriser le pourrissement des bulbes.

Les signes révélateurs de la maturité :

Afin de déterminer avec précision quand cueillir l’ail, il faut être attentif à plusieurs indices et étapes clés dans son cycle de croissance. Voici les trois principales phases à observer :

  1. Formation des feuilles : environ deux mois après la plantation, les feuilles de l’ail commencent à se former. C’est une bonne indication que la plante est en pleine croissance et qu’elle développe ses bulbes souterrains.
  2. Fanaison du feuillage : avec le temps, les feuilles de l’ail vont progressivement jaunir et sécher. Ce phénomène se produit généralement entre mai et juin pour l’ail d’automne, un peu plus tard pour l’ail de printemps. Lorsque environ deux tiers du feuillage est fané, c’est le signe que le bulbe est arrivé à maturité et qu’il est temps de procéder à la récolte.
  3. Séparation des caïeux : au moment de la maturation, les bulbes formés par l’ail sont divisés en plusieurs caïeux (petits bulbes). Cette division est facilement observable lorsqu’on retire délicatement l’ail du sol. Si les caïeux sont bien formés et séparés, cela signifie que l’ail a atteint sa maturité optimale.

Comment cueillir l’ail :

La cueillette de l’ail est une opération relativement simple et rapide. Voici quelques conseils pour bien procéder à la récolte :

  • Utiliser un outil adapté : face à cette question qui taraude tant de jardiniers – quand cueillir l’ail – il est primordial d’utiliser un outil adéquat. On peut se servir d’une fourche-bêche, par exemple, pour déterrer les bulbes sans les endommager. Il faut insérer l’outil d’environ 10 cm du pied de l’ail tout en veillant à ne pas blesser les bulbes.
  • Cueillir à la main : lorsque le sol n’est pas trop dur ou compact, on peut également retirer les bulbes à la main, en tirant doucement sur le collet. Le fait de soulever légèrement la terre autour de l’ail avec ses doigts facilite l’opération.
  • Ne pas attendre trop longtemps : il est important de ne pas tarder à cueillir l’ail dès lors que les signes de maturité décrits plus haut sont réunis. Une récolte trop tardive peut en effet favoriser le pourrissement des bulbes ou les rendre moins savoureux au goût.

Que faire après la récolte ?

Après avoir cueilli les ail, quelques étapes supplémentaires doivent être réalisées afin de profiter pleinement de cette plante aux mille vertus :

  • Nettoyer les bulbes : une fois retirés du sol, les bulbes doivent être nettoyés en prenant soin de garder la pelure extérieure intacte. On peut secouer doucement les bulbes pour en retirer la terre et éventuellement enlever délicatement l’excédent de saleté avec une brosse ou un chiffon propre.
  • Faire sécher l’ail : avant de stocker l’ail récolté, il faut le faire sécher pendant une dizaine de jours dans un endroit aéré, chaud et sec. On peut pendre les bulbes par leurs tiges à l’aide d’un ruban ou d’une ficelle ou les étaler sur des plateaux grillagés en veillant à ce qu’ils ne se touchent pas.
  • Stocker l’ail : lorsque l’ail est bien sec, on peut couper les tiges et les racines à environ 2 cm du bulbe, puis conserver celui-ci dans un endroit frais, sec et sombre. Les caïeux peuvent être emballés dans du papier journal et placés dans des boîtes perforées pour assurer une bonne circulation de l’air. Ainsi conservé, l’ail peut se garder plusieurs mois sans altération de sa saveur et de ses qualités.

En conclusion, répondre à la question « quand cueillir l’ail ? » nécessite d’être attentif au cycle de vie de la plante et à différents indices qui renseignent sur sa maturité. Les jardiniers amateurs et professionnels sont ainsi à même de réaliser une récolte optimale qui leur permettra de profiter pleinement des nombreuses vertus de l’ail.

En apprendre plus sur la culture de l\’ail